Vendre un bien à la clientèle belge
le portail international de l'immobilier

Vendre un bien à la clientèle belge

Vendre un bien à la clientèle belge

Profitant d’une proximité géographique avec la France et d’une langue commune, les belges investissent en masse en France. Avec plus de 16% des transactions, ils représentent, après les anglais, les plus gros acquéreurs étrangers de biens dans l’hexagone, il faut dire que les arguments susceptibles d’attirer les belges en France ne manquent pas… Découvrez toutes les caractéristiques de cette clientèle incontournable.

Les belges, propriétaires dans l’âme

Avant toute chose il convient de préciser que la propriété foncière est dans l’ADN du belge qui préfère placer son argent dans l’immobilier plutôt qu’à la banque. En effet, 1 belge sur 2 est propriétaire. Derrière cette volonté de propriété affirmée se cache un véritable attachement à ‘sa’ maison que l’on transmettra à terme à ses enfants. Dans cette même logique, les belges sont nombreux à faire l’acquisition d’une résidence secondaire : ils seraient près de 8% (un chiffre en constante augmentation) soit environ 360 000 résidences secondaires dont 100 000  sur le seul territoire français.

Les nombreux arguments de la France qui séduisent la clientèle belge

On assiste depuis quelques années à un véritable transfert des propriétaires belges vers la France : en effet, beaucoup vendent leur résidence secondaire en Belgique pour investir en France.

Mais qu’est ce qui peut bien pousser les belges à favoriser la France ?

On peut citer en premier lieu, la proximité culturelle et linguistique, et bien évidement géographique : tout est à portée de voiture, le soleil, la mer, la montagne, la culture et la gastronomie !

Comme les anglais, le climat plus favorable est un argument non négligeable.

Un autre facteur qui peut sembler à première vue fantaisiste mais qui a toute son importance : les vacances belges et françaises ne tombent pas systématiquement en même temps, les belges peuvent donc profiter de leurs vacances paisiblement pendant la basse saison en France.

Les prix sont également plus attractifs : jusqu’à 30% moins chers qu’en Belgique dans certaines régions, un facteur de taille à l’achat mais également à la vente où la plus-value générée est également plus intéressante qu’en Belgique.

Le coût de la vie : certaines charges courantes sont moins coûteuses qu’en Belgique : l’électricité coûte par exemple sensiblement moins chère en France.

Les droits de mutation/d’enregistrement relatifs à l’acquisition immobilière sont largement plus bas en France: 3,8% à 4,5%  vs 10% dans la région flamande et 12,5% dans la région wallonne ou de Bruxelles.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il existe également de nombreux avantages fiscaux à opter  pour une résidence secondaire  en France plutôt qu’en Belgique :

-les droits de donation des résidences secondaires sont exonérés sur une tranche variable selon le nombre d’enfants, la transmission du patrimoine se révèle donc plus avantageuse qu’en Belgique.

– la taxe foncière est 30 à 50% plus basse en France

– dans le cadre d’une gestion locative : le belge pourra récupérer la TVA dans les 3 mois suivant l’acquisition

– enfin, certaines communes et provinces belges ont mis en place une taxe sur la résidence secondaire, une taxe qui n’existe pas (encore) en France !

Qui sont ces belges qui investissent en France

La clientèle belge est essentiellement une clientèle de non-résidents qui investit dans une résidence secondaire en France. Il s’agit majoritairement de professions indépendantes, relativement aisées, âgées de 40-50 ans qui occuperont leur propriété temporairement, d’un week end à quelques semaines pour éventuellement y habiter quand le temps de la retraite sera venu. Les belges ont très peu recours au crédit bancaire, souvent, ils utilisent le fruit de la vente d’un bien en Belgique pour financer leur acquisition en France.

Contrairement à d’autres nationalités telles que les allemands, anglais… les belges achètent avec le cœur et non avec la tête, en ce sens ils sont donc plus sujets aux coups de cœur.

Où achètent-ils et quels types de biens?

Les belges sont globalement présents dans toutes les régions françaises, cependant leurs terres de prédilections sont le nord (Nord Pas de Calais/Normandie/Picardie), l’Auvergne, le Languedoc-Roussillon et la région PACA.

En termes de biens recherchés, ils achètent en grande majorité des maisons de charme. Toutefois, dans le sud certains ont tendance a favorisé tout de même l’achat d’appartements.

Pour des raisons géographiques évidentes, les régions Nord Pas de Calais/Picardie sont plébiscitées par la clientèle belge. Plus précisément la Côte d’Opale, où les belges réalisent 60% des transactions de résidences secondaires. Il faut dire que cette zone côtière préservée qui n’a pas subi l’urbanisation massive observée sur la côte belge, a tout pour séduire ces hédonistes: plages de sable fin, sports nautiques, dunes, vallées et collines verdoyantes, marais, grandes falaises, architecture typique anglo-normande… Dans le même esprit de proximité et avec son architecture normande et les colombages en bois qui lui sont propres, la mer et sa proximité avec Bruxelles, la Normandie fait fureur auprès des belges.

Les belges sont également très présents dans les régions situées plus au Sud offrant un climat plus favorable et le charme des villages authentiques et maisons de Provence. A ce titre, Le Lubéron est extrêmement convoité par la clientèle belge qui est séduite par le cachet des maisons, les vignobles et la gastronomie.

Belgie

newspaper templates - theme rewards