Immobilier – Entrer en contact avec des clients Néerlandais
le portail international de l'immobilier

Immobilier – Entrer en contact avec des clients Néerlandais

Immobilier – A la rencontre des clients néerlandais

C’est depuis 2010 que le magazine Maison en France, notre partenaire Néerlandais, organise ses ‘Journées au Château’ ayant lieu dans un château aux Pays-Bas. Cette année, l’événement aura lieu le dimanche 23 novembre, au Château de Woerden, situé près d’Utrecht, dans le centre des Pays-Bas. Voilà une foire qui vous offre l’occasion par excellence d’entrer en contact direct avec des Néerlandais qui rêvent d’acquérir une maison en France et souhaitent s’informer auprès des différents vendeurs de maisons en France. Nombre d’agents immobiliers Néerlandais et Belges participeront. Vous, en tant qu’agents ou promoteurs immobiliers Français, serez également les bienvenus! A 750 € (HT) vous disposerez d’un stand dans une des salles pleines d’ambiance du château. Profitez de cette occasion par excellence de rencontrer des acheteurs néerlandais!

Votre nom

Votre email

Votre numéro de téléphone

Votre message

Boostez vos visites: quelques conseils simples

Boostez vos visites grâce à quelques conseils simples

Augmenter les visites d’un bien constitue un des leviers pour raccourcir les délais de transaction. Internet est devenu incontournable pour la recherche de biens immobiliers, si bien que la prise de contact aboutissant sur une visite est fortement corrélée à la qualité de vos annonces sur le ou les sites où elles sont diffusées. Souvent sous-estimée par certains agents, une annonce de qualité a pourtant 2 avantages non négligeables: générer plus de visites qualifiées et donner une image professionnelle de votre agence. Nous vous livrons ce mois-ci nos astuces pour maximiser vos visites.

Comment rédiger une annonce efficace ciblant la clientèle étrangère

Tout d’abord, gardez à l’esprit que les étrangers qui souhaitent faire l’acquisition d’un bien en France, achètent bien plus qu’un bien : ‘ils achètent aussi la France’, son art de vivre, son patrimoine, son cadre de vie… Les étrangers ne sont généralement pas familiers des villages, villes ou quartiers français, il est donc essentiel d’étoffer votre descriptif en fonction des caractéristiques propres à la localisation.

Certaines nationalités ne s’imaginent pas vivre ailleurs que dans un quartier très animé, pour d’autres le calme et l’isolement seront essentiels, l’indiquer dans l’annonce fera gagner du temps à tout le monde. Par exemple, préciser la proximité d’une grande ville peut rassurer un acheteur séduit par un bien se trouvant dans un petit village; si le bien se situe sur une artère prestigieuse ou tout proche, nous vous recommandons vivement de préciser la rue, cela peut justifier d’un premium en terme de prix, de plus de nombreuses nationalités (russe, moyen-orientale, luxembourgeoise…) sont très sensibles à cet élément

Si le bien se situe proche dans un quartier de type ‘village’ au sein d’une grande ville, précisez-le, cela peut se révéler être un véritable atout pour des clients qui ne veulent pas faire de concessions. Précisez la proximité de commerces, de transports éventuels. Si il s’agit d’un secteur isolé, privilégiez la mise en avant d’un environnement calme, la luminosité, la nature…

Pour ce qui est des caractéristiques du bien, ne soyez pas avares dans la description: si il s’agit d’un bien ancien, insistez sur le charme d’une cheminée en bois ou en marbre, sur le parquet massif et les moulures d’origine, ou encore la façade en pierre. A l’inverse si il s’agit d’un récent, insistez sur les éléments de modernité.

klaar-makelaar

Ne lésinez pas sur les photos : les annonces sans photos sont 5 fois moins consultées !

Il a été démontré que des annonces de biens publiées sans photos recueillaient 5 fois moins de consultation et 7 fois moins de prise de contact qu’une annonce rédigée de manière similaire avec photos. La raison en est toute simple : tout d’abord, les éléments visuels attirent davantage le regard que les éléments textuels, mais surtout, parce que les visiteurs étrangers, et on les comprend,  veulent savoir à quoi s’attendre avant de planifier un déplacement.

De plus, les photos ont un autre atout : celui de qualifier la visite, les photos permettront d’éviter les déconvenues et donc de vous faire perdre votre temps.

Les étrangers, n’ayant pas une grande connaissance de la France, il est recommandé d’intégrer dans votre annonce une photo caractéristique de l’environnement à proximité. Attention de ne pas ‘tromper’ l’acheteur avec des photos d’un environnement très éloigné du bien. Choisissez la place de l’église d’un village, le paysage bucolique d’une campagne, le monument le plus proche (à condition qu’il se situe à une distance raisonnable à pieds), la grande ville la plus proche ce qui permettra aux acheteurs d’envisager des biens situés dans des endroits plus reculés conscients de la proximité d’une grande ville.

Les photos du bien doivent, quant à elles, être sélectionnées judicieusement et mettre en avant – comme nous l’avons vu plus haut pour le descriptif –  la typicité du produit. Par exemple, pour une demeure ancienne, choisissez des photos de la façade en pierre, d’une pièce avec une grande cheminée ou avec un escalier en bois massif. Pour un bien contemporain, mettez en avant les éléments de modernité, de grandes baies vitrées, une grande cuisine ouverte avec îlot central…

Attention : les photos doivent bien évidement être nettes et en haute définition sinon vos efforts seront vains.

Offrez-vous une version bilingue de vos annonces

L’anglais est la langue utilisée par défaut par la clientèle étrangère, quelque soit son origine, qui recherche un bien dans un autre pays que le sien. En effet, à défaut de parler français, ces clients effectueront leur recherche en ligne en tapant en langue anglaise les quelques mots clés nécessaires à une recherche de biens immobiliers en France. La langue anglaise devient  donc votre allié car elle permettra à des clients issus de tous pays de trouver votre site via les moteurs de recherche* et surtout de permettre une lisibilité de vos annonces et des informations de contact, une fois sur votre site.

Et pour compléter votre stratégie, et disposer d’une traduction en 11 langues et d’une diffusion dans 12 pays, vous pouvez bien sûr compter sur auSud !

*dans le cadre de la mise en place d’une stratégie de référencement efficace 

Vendre un bien à la clientèle belge

Vendre un bien à la clientèle belge

Profitant d’une proximité géographique avec la France et d’une langue commune, les belges investissent en masse en France. Avec plus de 16% des transactions, ils représentent, après les anglais, les plus gros acquéreurs étrangers de biens dans l’hexagone, il faut dire que les arguments susceptibles d’attirer les belges en France ne manquent pas… Découvrez toutes les caractéristiques de cette clientèle incontournable.

Les belges, propriétaires dans l’âme

Avant toute chose il convient de préciser que la propriété foncière est dans l’ADN du belge qui préfère placer son argent dans l’immobilier plutôt qu’à la banque. En effet, 1 belge sur 2 est propriétaire. Derrière cette volonté de propriété affirmée se cache un véritable attachement à ‘sa’ maison que l’on transmettra à terme à ses enfants. Dans cette même logique, les belges sont nombreux à faire l’acquisition d’une résidence secondaire : ils seraient près de 8% (un chiffre en constante augmentation) soit environ 360 000 résidences secondaires dont 100 000  sur le seul territoire français.

Les nombreux arguments de la France qui séduisent la clientèle belge

On assiste depuis quelques années à un véritable transfert des propriétaires belges vers la France : en effet, beaucoup vendent leur résidence secondaire en Belgique pour investir en France.

Mais qu’est ce qui peut bien pousser les belges à favoriser la France ?

On peut citer en premier lieu, la proximité culturelle et linguistique, et bien évidement géographique : tout est à portée de voiture, le soleil, la mer, la montagne, la culture et la gastronomie !

Comme les anglais, le climat plus favorable est un argument non négligeable.

Un autre facteur qui peut sembler à première vue fantaisiste mais qui a toute son importance : les vacances belges et françaises ne tombent pas systématiquement en même temps, les belges peuvent donc profiter de leurs vacances paisiblement pendant la basse saison en France.

Les prix sont également plus attractifs : jusqu’à 30% moins chers qu’en Belgique dans certaines régions, un facteur de taille à l’achat mais également à la vente où la plus-value générée est également plus intéressante qu’en Belgique.

Le coût de la vie : certaines charges courantes sont moins coûteuses qu’en Belgique : l’électricité coûte par exemple sensiblement moins chère en France.

Les droits de mutation/d’enregistrement relatifs à l’acquisition immobilière sont largement plus bas en France: 3,8% à 4,5%  vs 10% dans la région flamande et 12,5% dans la région wallonne ou de Bruxelles.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il existe également de nombreux avantages fiscaux à opter  pour une résidence secondaire  en France plutôt qu’en Belgique :

-les droits de donation des résidences secondaires sont exonérés sur une tranche variable selon le nombre d’enfants, la transmission du patrimoine se révèle donc plus avantageuse qu’en Belgique.

– la taxe foncière est 30 à 50% plus basse en France

– dans le cadre d’une gestion locative : le belge pourra récupérer la TVA dans les 3 mois suivant l’acquisition

– enfin, certaines communes et provinces belges ont mis en place une taxe sur la résidence secondaire, une taxe qui n’existe pas (encore) en France !

Qui sont ces belges qui investissent en France

La clientèle belge est essentiellement une clientèle de non-résidents qui investit dans une résidence secondaire en France. Il s’agit majoritairement de professions indépendantes, relativement aisées, âgées de 40-50 ans qui occuperont leur propriété temporairement, d’un week end à quelques semaines pour éventuellement y habiter quand le temps de la retraite sera venu. Les belges ont très peu recours au crédit bancaire, souvent, ils utilisent le fruit de la vente d’un bien en Belgique pour financer leur acquisition en France.

Contrairement à d’autres nationalités telles que les allemands, anglais… les belges achètent avec le cœur et non avec la tête, en ce sens ils sont donc plus sujets aux coups de cœur.

Où achètent-ils et quels types de biens?

Les belges sont globalement présents dans toutes les régions françaises, cependant leurs terres de prédilections sont le nord (Nord Pas de Calais/Normandie/Picardie), l’Auvergne, le Languedoc-Roussillon et la région PACA.

En termes de biens recherchés, ils achètent en grande majorité des maisons de charme. Toutefois, dans le sud certains ont tendance a favorisé tout de même l’achat d’appartements.

Pour des raisons géographiques évidentes, les régions Nord Pas de Calais/Picardie sont plébiscitées par la clientèle belge. Plus précisément la Côte d’Opale, où les belges réalisent 60% des transactions de résidences secondaires. Il faut dire que cette zone côtière préservée qui n’a pas subi l’urbanisation massive observée sur la côte belge, a tout pour séduire ces hédonistes: plages de sable fin, sports nautiques, dunes, vallées et collines verdoyantes, marais, grandes falaises, architecture typique anglo-normande… Dans le même esprit de proximité et avec son architecture normande et les colombages en bois qui lui sont propres, la mer et sa proximité avec Bruxelles, la Normandie fait fureur auprès des belges.

Les belges sont également très présents dans les régions situées plus au Sud offrant un climat plus favorable et le charme des villages authentiques et maisons de Provence. A ce titre, Le Lubéron est extrêmement convoité par la clientèle belge qui est séduite par le cachet des maisons, les vignobles et la gastronomie.

Belgie

immobilier : Toucher la clientèle internationale par le biais d’ internet: mode d’emploi

internet ciblez

Toucher la clientèle internationale par le biais d’internet

International par essence, Internet est le média incontournable pour cibler la clientèle étrangère. Conscients du potentiel, nombreux sont les professionnels de l’immobilier qui se sont lancés dans la création d’un site internet multilingue, et qui s’étonnent pourtant de ne pas avoir les résultats escomptés. La raison est toute simple : le site n’est pas ou mal référencé sur les moteurs de recherche. Découvrez nos conseils pour donner une visibilité internationale à votre agence et à vos annonces.

  • Pour démarrer, ciblez 1 ou 2 pays : Comme nous allons le voir après, pour attirer la clientèle souhaitée sur votre site  il faut en maîtriser les spécificités, les comportements d’achat, la culture, et la langue !  Concentrez-vous dans un premier temps sur une nationalité en fonction de la localisation des biens dont vous avez le mandat ou en fonction de vos affinités (vos origines, celles d’un proche, d’un employé…)
  • Identifiez les principaux moteurs de recherche locaux  les plus populaires : Contrairement aux idées reçues Google n’est pas le moteur de recherche le plus utilisé dans tous les pays !  En effet, de nombreux pays ont leurs propres moteurs de recherche locaux et c’est précisément sur ces moteurs de recherche que vos clients potentiels vont taper les mots clés qui les amèneront à votre site. En guise d’exemple en Russie, le moteur de recherche le plus utilisé est Yandex, pour la Chine ce sera Baidu… C’est sur ces moteurs de recherche qu’il va falloir être référencé, mais attention là encore il convient de maîtriser la langue du pays.
maison clef
  • Allouez un budget mensuel aux campagnes marketing sur les moteurs de recherche : Pour s’assurer des visites récurrentes sur votre site vous pouvez opter pour les campagnes payantes proposées par les moteurs de recherche qui consistent à payer pour chaque clic redirigeant un visiteur vers votre site. Le montant du clic est lui-même basé sur un système d’enchères, plus vous avez de concurrents sur vos mots clés plus le coût par clic sera élevé.
  • Utilisez la terminologie adéquate en fonction du pays ciblé : Que ce soit sur votre site ou dans le cadre d’une campagne sur le net, ne traduisez surtout pas vos mots clés littéralement du français. Une très bonne maîtrise de la culture et de la langue du pays que vous voulez toucher est indispensable car il va vous falloir déterminer les associations de mots et expressions  adaptées aux standards des clients ciblés. Pour illustrer: en France, nous utilisons le terme ‘2 pièces’ ou ‘F2’, alors que pour les anglo-saxons on utilisera les termes ‘one bedroom’ (une chambre) car ceux-ci comptabilisent  le nombre de chambres.
  • Faites valider techniquement votre site internet par un expert en référencement : Cela vous permettra d’ajuster ou d’optimiser l’ergonomie et les mots clés sur votre site et d’améliorer votre référencement dans les moteurs de recherche.
  • Faites parler de vous sur internet : A travers les réseaux sociaux, blogs, page Facebook, Twitter, mais également via un échange de liens avec  des sites partenaires cela vous permettra de rediriger les potentiels acheteurs sur votre site et dans le même temps que les moteurs de recherche reconnaissent votre site comme plébiscité par leurs utilisateurs.
  • Enfin, vous pouvez utiliser la notoriété de sites déjà existants et disposant d’un excellent référencement sur le créneau de l’immobilier international. Les portails immo du type auSud présentent un double avantage: gérés par des équipes multilingues largement aguerries sur les us et coutumes des pays concernés et également expertes en référencement, vous bénéficiez alors de facto d’une visibilité optimisée dans les moteurs de recherche qui permet ainsi aux clients internationaux où qu’ils se trouvent dans le monde d’avoir accès à vos annonces.

Immobilier français et acquéreurs étrangers: Mythes… et réalités

Immobilier français et acquéreurs étrangers: Mythes… et réalités

La clientèle étrangère est très convoitée et pour cause elle est synonyme de : budget important, coup de cœur et signature rapides, acquisition dans des villes ou villages délaissés par les français…mais cette clientèle c’est avant tout pour vous, professionnels de l’immobilier, l’opportunité de contrecarrer  l’attentisme des acheteurs français et de continuer à faire des affaires dans ce contexte difficile. Mais qu’en est-il réellement de cette clientèle ? Ces clients sont –ils toujours aussi actifs sur le marché de l’immobilier français que ce qu’on le dit ? Qui sont –ils ? Où achètent-ils ? Combien dépensent-ils ?

Les étrangers n’investissent plus en France: Mythe !

Réalité : Malgré une baisse de  près de 29% du nombre de transactions, la clientèle étrangère est toujours sous le charme de notre beau pays, les raisons sont évidentes : architecture hors norme, gastronomie de renommée internationale, paysages époustouflants, campagnes paisibles, investissement rentable… en témoignent les intentions d’achat qui continuent d’augmenter. Ainsi 67 % des étrangers déclarant vouloir acheter un bien dans les prochains mois, affirment que l’investissement sera en faveur d’un bien en France !   De plus, si les mesures fiscales ont quelque peu découragé certains étrangers, le montant moyen des transactions a quant à lui considérablement augmenté passant à 410 000€, un budget moyen bien supérieur au budget moyen d’un acheteur français résident. Notons également que le budget des étrangers non résidents est plus élevé que celui des étrangers résidents.

La clientèle étrangère achète principalement des biens à Paris : Mythe !

Réalité : La majorité des achats immobiliers effectués par la clientèle étrangère portent sur des biens situés en régions ! D’ailleurs, les acquisitions sur Paris représentent seulement 8% des transactions totales. Avec son climat optimal, son échantillon de paysages mer, montagne, collines de coteaux et vieux villages provençaux, c’est la région PACA qui arrive en tête des régions les plus attractives. Suivie ensuite des régions Rhône-Alpes, Paris/IDF, Languedoc Roussillon,  Aquitaine, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Limousin, Lorraine et Bretagne. A chaque nationalité ses terres de prédilection, ne manquez pas, à ce titre, notre article mensuel dédié aux différentes nationalités et portant ce mois-ci sur la clientèle italienne.

Paris est l’apanage des millionnaires orientaux et russes… : Mythe !

Réalité : Même s’il est vrai que les acquéreurs russes et orientaux font beaucoup parler d’eux tant par le prestige des biens qu’ils acquièrent que par la démesure des montants dépensés, il n’en demeure pas moins qu’ils représentent une part infime des acheteurs étrangers. Les premiers acquéreurs étrangers sont les Italiens (22 %), suivis par les Chinois (7,1 %), les Américains (7 %), les Algériens (5,3%) et les Britanniques (5,3 %). Pour les étrangers résidents, le trio de tête est identique. Pour les non-résidents, les Italiens (7,3 %) arrivent toujours en 1ère place suivis des Américains (3 %) et des Libanais (2,5 %).

Les étrangers investissent majoritairement dans des résidences secondaires : Mythe !

Réalité : 35% des acquéreurs étrangers sont non-résidents, ce qui revient donc à dire qu’une large majorité de cette clientèle achète donc sa résidence principale en France.

Vendre un bien à la clientèle italienne

Vendre un bien à la clientèle italienne

L’Italie jouxte la France, et malgré un climat favorable, une histoire et un patrimoine tout aussi riches que ceux de la France, les transalpins n’hésitent pas à investir en masse en France. Quelles sont leurs motivations, qui sont-ils, quels biens trouvent faveur à leurs yeux et surtout où achètent-ils ? Nous vous donnons ce mois-ci toutes les clés pour appréhender comme il se doit la clientèle italienne.

Pourquoi la France séduit tant les Italiens ?

L’Italie n’a rien a envié à la France, avec sa somptueuse architecture et ses magnifiques paysages de campagne florentine. Pourtant, les italiens sont totalement sous le charme de notre pays ! Ils représentent ainsi près de 13% des acheteurs étrangers. Alors qu’est ce qui les motive tant à acheter en France ? Dans un contexte économique particulièrement délicat en Italie, ils voient dans l’acquisition d’un bien en France un placement sécurisé, l’immobilier français jouit toujours d’une très bonne image et est perçu comme une valeur sûre contrairement à l’immobilier italien plus instable. Par ailleurs, les prix de magnifiques biens dans la capitale ne semblent guère bien élevés pour eux au regard d’autres capitales européennes, telles que Londres. Enfin, le large éventail de superficies disponibles présente un véritable atout : en Italie, il relève de l’exploit de faire l’acquisition de petites superficies, ce qui ne manque pas dans nos grandes villes françaises !

Portrait robot des acheteurs italiens

Contrairement aux anglais, auxquels nous avons consacré un article dans notre précédente newsletter, les italiens qui investissent en France ont un profil relativement homogène. Il s’agit essentiellement de professions libérales, ils passeront quelques semaines à plusieurs mois par an, et le mettront éventuellement en location saisonnière le reste du temps, ou encore des retraités, particulièrement aisés, qui se sont acheté une résidence secondaire pour y passer une grande partie de l’année. Les italiens faisant l’acquisition d’un bien en France sont majoritairement non résidents.

Leurs exigences en termes de localisation et de types de biens

Les italiens sont les plus fervents acquéreurs dans la capitale : ils représentent près de 22% des acheteurs étrangers et sont les premiers acquéreurs dans la quasi-totalité des arrondissements de Paris ! Ils sont friands de l’authenticité parisienne, à ce titre, leurs quartiers de prédilection sont incontestablement les plus typiques: le Marais, le Quartier Latin, les abords du Palais royal, de la concorde ou encore de la Tour Eiffel. Avec une enveloppe moyenne de 300 000 à 550 000 euros, ils recherchent bien évidement, dans la logique des localisations évoquées ci-dessus, des biens avec tout le charme parisien, immeuble ancien en pierre de taille avec ses indissociables ‘parquet-moulures-cheminée’ qui le caractérise, lumineux, en étage élevé et surtout avec ascenseur.

A côté de cet engouement pour Paris, ils pèsent également un poids important dans l’acquisition de biens dans les régions PACA et Languedoc Roussillon. Jouissant d’une proximité avec leur pays d’origine ces localisations leur permettent de pouvoir transiter rapidement et facilement d’un pays à l’autre, les italiens étant culturellement très attachés à leurs racines.

Ne laissez pas la loi Alur ralentir vos transactions

La loi alur

Ne laissez pas la loi Alur ralentir vos transactions

La loi Alur entrée en vigueur fin mars 2014 a quelque peu transformé le processus des transactions immobilières. En effet, si cette loi a pour but d’informer l’acquéreur, elle est un véritable casse-tête pour les vendeurs et professionnels de l’immobilier, et prolonge irrémédiablement les délais des transactions… de quoi décourager bon nombre d’acheteurs étrangers pressés de concrétiser leur acquisition. Voici ce qu’il faut savoir pour gagner du temps et ainsi se prémunir d’un potentiel désistement.

Avant la loi Alur, le compromis de vente était une formalité relativement simple qui pouvait aisément se signer sous seing privé.

Avec l’adoption de cette loi, la signature du compromis de vente est devenue plus complexe et l’intervention d’un notaire à cette étape est devenue plus que recommandée. Les nombreux documents exigés requièrent parfois de longs délais d’obtention, car si le vendeur en a déjà certains en sa possession, il reste tributaire de professionnels tels que le syndic, le notaire ou encore l’intervention de diagnostiqueurs, géomètres…En conseillant votre client en amont, il pourra anticiper et préparer son dossier sereinement, sans risquer de passer à coté d’une vente du fait d’un acquéreur trop impatient.

Les documents et annexes exigés

Les documents et annexes exigés à date par la loi Alur sont:

  • Le titre de propriété
  • La taxe foncière
  • Le certificat loi carrez
  • Le dossier de diagnostics techniques composé de : DPE, ERNT, le cas échéant exposition au plomb, amiante, et termites, l’état des installations de gaz et d’électricité, risque de présence de mérules
  • Le règlement de copropriété comprenant tous ses modificatifs
  • Les procès verbaux des assemblées générales ordinaires des 3 dernières années
  • Le dernier relevé de charges
  • Le pré état-daté (à demander au syndic)
  • Le carnet d’entretien de l’immeuble (à demander au syndic)
  • Le diagnostic de la mise en copropriété pour les immeubles de plus de 15 ans (à demander au syndic)

La loi Alur précise que si l’ensemble de ces documents ‘ne sont pas tous annexés à l’acte notifié conformément à l’article L 271-1 du Code de la construction et de l’habitation (CCH), le délai de rétractation ou de réflexion ne pourra courir qu’à compter du lendemain de la communication de ces documents à l’acquéreur’. 

Crédits immobiliers pour la clientèle étrangère

credit-immobilier

Les crédits immobiliers pour la clientèle étrangère, comment ça marche ?

Crédits immobiliers pour la clientèle étrangère
 

Contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible pour un investisseur étranger de contracter un crédit en France pour financer son acquisition immobilière, cela peut même s’avérer plus avantageux, c’est le profil de l’acheteur qui permettra de juger de la pertinence d’avoir recours à un tel financement. Voici un tour d’horizon des avantages, conditions et spécialistes dans le domaine…

Les avantages d’opter pour un financement en France

  • Profiter de certains avantages fiscaux, notamment pour les personnes soumises à l’ISF ou encore la déduction des intérêts d’emprunt sur les revenus fonciers (investissement locatif)
  • Bénéficier de taux d’intérêts historiquement bas, très compétitifs
  • Conserver une capacité d’endettement dans son pays d’origine sans avoir à hypothéquer sa résidence principale.

Les conditions de financement 

De manière générale, les financements pour les résidents de l’union européenne et de la Suisse sont assez simples à monter et à obtenir du fait de la transparence et des conventions qui existent avec ces pays, l’apport demandé est généralement de 15%/20% et les conditions sont proches de celles proposées à un acheteur français. Pour les autres nationalités, les établissements bancaires imposent des conditions plus strictes, et peuvent exiger un apport plus conséquent pouvant aller jusqu’à 50%.

Les durées de financement proposées sont flexibles, même si certaines banques rechignent à accorder des prêts d’une durée supérieure à 25 ans. Les taux d’intérêt sont quant à eux légèrement supérieurs à ceux accordés aux français.

Les pièces justificatives demandées pour un acquéreur étranger sont similaires à celles exigées pour un citoyen français, il pourra être exigé que les justificatifs soient traduits par un traducteur officiel en fonction de la langue d’origine. La véracité des pièces fournies sera vérifiée par l’entité locale de la banque concernée.

Le délai moyen d’obtention d’un prêt est de 6 semaines. Le rallongement éventuel des délais est toutefois lié au fait que la clientèle étrangère, peu familière des procédures françaises, prennent  parfois plus de temps à rassembler la longue liste de justificatifs exigés par les banques.

Orientez vos clients vers les bons interlocuteurs

Orienter en amont l’acheteur vers des experts lui permettra d’être fixé sur sa capacité d’emprunt et vous permettra de gagner du temps en lui proposant des biens adaptés à son budget.

Plusieurs banques se sont lancées sur ce créneau, entre autres, BNP Paribas, avec son département ‘BNP Paribas International Buyers’ ou encore HSBC avec son équipe ‘Buying a home in France’, composée de notaires, avocats et experts bilingues.

Il existe également des courtiers spécialisés dans le montage de dossier de financement dédié aux clients étrangers, de fidèles alliés, comme par exemple French Mortgage Direct. Ces derniers ont le double avantage d’avoir une excellente connaissance des spécificités de la clientèle internationale tout en ayant une vision globale des offres des différentes banques.

credit immobilier etrangers

Vendre un bien immobilier aux anglais

acheteur anglais

Les premiers acquéreurs étrangers de biens en France passés au crible

L’immobilier français est depuis longtemps très prisé par les britanniques. Si la crise de 2008 a fortement impacté cette clientèle, il n’en demeure pas moins que les anglais restent les premiers investisseurs étrangers avec près de 20% des transactions. De plus, la reprise économique qui vient de s’amorcer en Angleterre promet un retour en force de leurs investissements en France où les prix sont nettement plus attractifs. Découvrez comment appréhender cette clientèle incontournable.

Qu’est ce qui motive les anglais à acquérir un bien en France ?

La France présente de nombreux attraits pour la clientèle britannique.

Déjà il y a la proximité directe avec la France et la facilité de transiter rapidement et simplement d’un pays à l’autre grâce aux nombreux moyens de transport : Eurostar, ferry, avion ou voiture.

Ensuite, un critère non négligeable : le montant à débourser pour s’offrir le bien de leurs rêves. Les prix de l’immobilier français restent bien en deçà du niveau de prix pratiqué en Grande-Bretagne, un écart qui continue de se creuser, avec une hausse des prix de l’ordre de 10% sur un an observée outre-manche.

Ils sont également attirés par notre climat plus favorable (tout est relatif !)

Ils sont bien évidement séduits par l’art de vivre et la gastronomie française et valorisent notre système de santé.

Enfin et surtout, ils apprécient le charme et les atmosphères paisibles de nos campagnes et hameaux, l’esprit bucolique qui s’en dégage.

 

Quel est leur profil ?

Il est difficile de dresser un portrait type de l’acquéreur anglais tant il a évolué au fil du temps et tant les profils sont divers. Dans les années 90, il s’agissait essentiellement de riches retraités à la recherche d’une belle demeure pour y couler leurs vieux jours dans le Sud de la France. Aujourd’hui, le retraité fortuné est toujours là, il y a aussi l’acquéreur désirant faire un petit investissement locatif  sur Paris, mais également des couples ou célibataires de 30/40 ans qui décident de quitter leur pays natal pour venir rénover une vielle bâtisse afin de la transformer en maison d’hôtes, ou encore de jeunes familles qui choisissent de venir faire grandir leur enfants en France. Phénomène plus récent, avec le développement du télétravail, nombreux sont les anglais qui font le choix de s’expatrier en France tout en travaillant pour leur entreprise anglaise à distance.

Où achètent-ils ?

Pour ce qui est de la capitale, les anglais y investissent surtout dans un objectif de placement locatif à fort potentiel et non pour y vivre. Ils achètent donc dans ce contexte essentiellement des petites surfaces dans les quartiers populaires des XIIIe, XIVe et XVIIIe arrondissements.

Comme c’est avant tout « l’atmosphère village » et le charme des vielles bâtisses qui séduit cette clientèle, ce sont donc sur les régions rurales qu’ils jettent leur dévolu pour l’acquisition d’une résidence principale ou secondaire. Leur terre de prédilection : le sud-ouest de la France avec la région aquitaine. La Dordogne, surnommée la France d’Angleterre, est la région la plus convoitée par les anglais, le Périgord compterait près de 20 000 habitants d’origine britannique.

Mais les régions Normandie et Bretagne ne sont pas en reste, notamment favorisées par la facilité de circuler grâce au ferry. La région Poitou-Charentes est également fortement plébiscitée.

angleterre

Immobilier : Les plans 3D interactifs et le Staging Virtuel : pour vendre vite et au meilleur prix

Les plans 3D interactifs et le Staging Virtuel : pour vendre vite et au meilleur prix un bien immobilier

Les plans 3D interactifs permettent aux acheteurs potentiels d’avoir une vision d’ensemble des volumes d’un bien immobilier.

La vente rapide d’un bien est étroitement corrélée à sa mise en valeur et à la capacité que l’acheteur potentiel a de s’approprier un intérieur qui n’est pas le sien. Il arrive parfois que l’agencement ou la décoration d’un bien ne soit pas du goût des acheteurs, ou ne corresponde pas à ce qu’ils recherchent. N’étant pas séduit par le bien tel quel ou ne réussissant pas à se projeter, certains décident de ne pas donner suite, tandis que d’autres négocient le prix à la baisse. Pour pallier à cela, des outils mis au service des professionnels de l’immobilier permettent aujourd’hui de donner une nouvelle perspective aux biens qui vous sont confiés.

Les plans 3D interactifs : donnez une autre perspective aux biens qui vous sont confiés

Les plans 3D interactifs permettent aux acheteurs potentiels d’avoir une vision d’ensemble des volumes d’un bien immobilier et ainsi d’envisager plus facilement les possibilités d’aménagement des différentes pièces qui le compose. Ils permettent également une visite virtuelle du bien. Les plans 3D interactifs intégrés dans une annonce permettent d’augmenter considérablement l’impact de celle-ci et par voie de conséquence le nombre d’acheteurs potentiels.

3d

Découvrez une illustration des plans 3D, une réalisation de notre partenaire Immo Service 06

Le Staging virtuel : aidez votre client à se projeter pour déclencher un achat ‘coup de cœur’

Le ‘staging virtuel’ est une méthode qui permet de mettre en valeur un bien rapidement et simplement, en proposant divers aménagements allant de la simple modification de la décoration (avec des meubles et accessoires sélectionnés dans le commerce) jusqu’à des changements plus importants tels que la création ou l’abattement d’une cloison. Le tout sans avoir à supporter le coût occasionné par une prestation de home staging classique. Le staging virtuel permet donc à quiconque de se projeter, puisque grâce à cette technique, les acheteurs potentiels peuvent visualiser tout le potentiel du bien en fonction de leurs goûts et aspirations.

auSud vous propose dès aujourd’hui d’accéder à ces services novateurs et à forte valeur ajoutée par l’intermédiaire de son partenaire Immo Service 06. Si vous êtes client de auSud, vous bénéficierez d’une remise de 10% sur l’ensemble des prestations de Immo Service 06.

newspaper templates - theme rewards